Loading...

Textile

Temps de lecture : 2 min.

Comment recycler en boucle du textile vers le textile avec un impact positif sur l'environnement ?

Le recyclage en boucle (repartir d’un vêtement pour en faire un nouveau vêtement) dans le textile est d'une complexité très élevée de par la multiplicité des types de fibres qui sont utilisées et mélangées dans la réalisation des vêtements. On peut identifier trois grandes catégories de fibres : naturelles (coton, lin, chanvre), artificielles (origine naturelle - le bois souvent - mais nécessitant des traitements chimiques) et synthétiques (dérivés du pétrole).

Recycler les textiles en textile en boucle fermée est très complexe, et les solutions industrielles et vertueuses économiquement viables n'existent pas encore. La plupart des textiles finissent leur vie la plupart du temps soit enterré, brûlée, ou au mieux dans des applications qui nécessitent de la fibre, mais dont la fibre ne fera pas l’objet d’un tissage (rembourrage, panneau isolant, … dans l’industrie automobile ou encore le bâtiment, qui seront ensuite après usage certainement pas recyclée car trop hétérogène).

Aujourd'hui le textile fabriqué à partir de matière 100% recyclée, est réalisé avec des polyesters venant de bouteilles d’eau qui permettent une fibre transparente. La filière de recyclage favorisée est celle de la fusion et extrusion pour créer de nouvelle fibre. Elle existe depuis longtemps et permet de refaire des fibres solides de manière économique, tant que la matière est homogène en qualité (le cyclage fatigue le polyester, et finit par rendre des fibres plus fragiles et créatrice de microplastiques). Il existe aussi des filières mécaniques (fibre moins qualitative et création de micro plastique) et chimique (plus polluante et lourde).

A ce jour, les fibres artificielle (Lyocell, Tendel, Modal,..) sont vantées pour leur origine naturelle, et leur procédé de fabrication à plus de 95 % de recyclage des chimies et la faible consommation énergétique et impact environnementale de la culture de la matière première (le bois). Elles sont des évolution du processus de viscose qui pollue davantage (acide sulfurique et CS2) que les autres fibres artificielles.

Enfin, il reste les fibres naturelles. Le coton est clairement la filière à fort volume où le recyclage en boucle aura le plus d’impact car les quantités de coton disponible sur le marché national transforme le pays en producteur de matière première sans impact écologique dans sa culture. Le challenge actuel est d’arriver à reproduire des fibres de coton triés par longueur homogène (et si possible par couleur). Au-delà des difficultés de la collecte, il se pose la question du tri par couleur et par identification de type de fibre des vêtements (projet Firex en cours en AuRA), l’effilochage de tissu de coton peut se faire de manière mécanique ou encore chimique. Le tri des fibres est encore problématique. Les fibres de coton trop courtes pourraient être renvoyées dans les filières de fibres artificielles pour en refaire du fil, ce qui génèrent des transports ainsi de fortes consommations d’énergie et de chimie de par les procédés utilisés. Les productions à ce jour de vêtement avec 100% de coton recyclé de manière industrielle n’existe pas encore !

Suggérer une modification